Madge Tivey
Madge Tivey dans sa galerie rue de Penthièvre à Paris
Nous arrivons au coin de la rue Royale et du boulevard des capucines. Assis sur le trottoir, un vieillard barbu joue du melodica, à ses côtés deux grands caniches noirs s'étirent, la truffe collée contre une couverture grise.
-Yasmine, ma pékinoise les aimait bien ces caniches, elle tirait sur sa laisse pour les rejoindre et s'asseyait à leurs côtés !
Madge Tivey est ma première marchande de tableaux. Le soir, après la fermeture de la galerie Tivey-Faucon, nous faisons ensemble le chemin du retour. Quelquefois, elle s'arrête au magasin "Scotch Tea House" pour acheter des "shortbreads" et des tranches de bacon.
-Vous venez manger "Ennri" (Henri), je vous invite ce soir.
Madge Tivey et moi habitons l'immeuble de l'Olympia, au coin de la rue Caumartin, elle, un 200m2 au 2ème étage et moi une chambrette qu'elle me loue sous les toits. Au passage, nous saluons la commerçante du rez-de-chaussée à l'enseigne "La peau de Porc". Nous demandons toujours des nouvelles de ses animaux domestiques et du mainate qui imite si bien les moteurs de voitures. Dans le hall du 3 bis rue Caumartin, la concierge jette un oeil en écartant le rideau de sa porte-fenêtre. Elle nous fait un signe de la main.
Mon bébé peintre !
Ma marchande m'appelle ainsi. n'y voyez aucune malice, c'est affectueux, elle pourrait être ma grand-mère. D'ailleurs, elle aime bien baptiser les visiteurs de noms pittoresques : "les 3 vierges" "Folcoche" "Mimi" etc. A mon premier vernissage en 1967, Madame l'ambassadrice et l'ambassadeur d'Australie sont venus en voisins. Madge Tivey connaît beaucoup de beau monde mais son vrai monde est amical : Pat une ancienne danseuse, Muriel, l'amante anglaise d'un industriel français, Madame Raymond, épouse de James Hadley Chase, auteur de polars à succés, Mademoiselle Teyssier collectionneuse et Michèle la courtière. Il y a aussi Madame Brunetti, la concierge voisine qui recueille tous les chats abandonnés du quartier.
Avec Madge, je découvre les potins de la vie parisienne : les courtières, marchands de tableaux et critiques d'Art n'ont plus de secrets pour moi. j'aide aussi à "faire les accrochages" et à manipuler les toiles de maîtres avec précaution.
-Ennri, attention quand vous descendez l'escalier du sous-sol !
-Ennri ! faites attention à la tige de la cimaise, elle pourrait transpercer la toile !
-Ennri ! quand vous rangez les tableaux, attention au piton, ça laisse des marques... SVP !
-Ennri ! vous ne m'écoutez pas ! doucement, vous savez combien ça vaut un Picasso !
J'avais de l'affection pour Madge, c'était ma grand-mère de Paris.
Madge Tivey atteinte d'un cancer du sein a refusé de se faire soigner. Elle est décédée en 1973.
Souvenirs d'Henri Lavina, aôut 2015
Encart publicitaire de la galerie Tivey-Faucon, tableau représentant l'appartement de Madge tivey